©Planeterrella Un simulateur d’aurores polaires
Accueil > fr > Le dispositif > Toutes les planeterrellas > La Planeterrella II

La Planeterrella II

La planeterrella II a vu le jour en 2011. Le succès croissant de la Planeterrella I a conduit à quelques modifications. En effet, la jauge initiale de 30 personnes ne suffit plus pour des expositions auxquelles plus de cent personnes viennent en même temps pour la voir. Nous avons donc ajouté une caméra. Sur l’image, il s’agit d’une webcam, qui n’a pas donné toute satisfaction. Depuis, l’Hexagone de Meylan (http://www.theatre-hexagone.eu/scene-nationale/index.php), à travers son action “rencontres I”, nous a financé une caméra CCD couleur. Nous avons choisi une caméra largement utilisée en astronomie amateure, Imaging Source DFK 31BU03H. Ainsi, l’image peut être projetée sur un écran. Cela pose quelques problèmes car il ne faut pas que la lumière de l’écran aveugle l’expérience, mais en travaillant un peu les solutions, on arrive à présenter l’expérience à un grand nombre de personnes. Et il est très impressionnant de voir un ovale auroral géant !

Une autre amélioration consiste en l’enceinte, désormais en verre, et d’une forme ovoïde. Ainsi, on a une vision parfaite du dessus comme depuis le côté. La société Verre Equipements (3, Rue des Quatre Chemins, 69660 Collonges au Mont d’or) a fait l’exploit de réaliser l’enceinte pour moins de 800 euros en 2011.

Des repères sur la platine permettent de faire des mesures. Un nouveau passage permet de connecter des bouteilles de gaz, et ainsi de multiplier les couleurs des aurores en envoyant d’autres espèces chimiques.
Mais l’amélioration la plus spectaculaire est que désormais, les sphères peuvent se déplacer ! La difficulté technique est que mettre un moteur à l’intérieur de l’enceinte, c’est à dire dans du vide primaire, aurait considérablement augmenté le coût de la manip. Nous avons donc trouvé une astuce qui permet n’importe quel déplacement sans surcoût. Mais chut… Je ne dis pas comment !

Planeterrella II Planeterrella II

Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (IPAG)