©Planeterrella Un simulateur d’aurores polaires
Accueil > fr > Le dispositif > Toutes les planeterrellas > En projet

En projet

D’autres accord ont été signés ou sont en cours .

En France, plusieurs Planeterrellas sont en cours de construction, ou en projet.
La plus avancée est peut-être celle de l’Université d’Orléans, sous la direction de Sébastien Celestin. D’autres semblent emboiter le pas, à l’école Polytechnique de Palaiseau (Malik Mansour), à l’Université de Lille I (Thomas Paget), au Planétarium de Capelle la Grande, le PLUS (David Pinte). Dans le sud, une association dynamique est en train de créer la "Maison du Soleil" et se lance dans la construction d’une Planeterrella (Manuela Raimbault). L’Université de Nancy souhaite proposer des activités de médiation scientifiques, avec en particulier une Planeterrella (Hélène Fisher).

En Belgique, plusieurs Planeterrellas sont encore en cours de construction : Une seconde à l’Observatoire Royal, à Bruxelles, une autre à l’Université Hasselt (Dorine Leenders).

Outre la Terrella Cubica de Finlande, des Planeterrellas devraient voir le jour en Scandinavie. En Suède, à Stockholm (Koen Hendrickx), à l’Institut Auroral à Tromso (Ashild Fredriksen), ou encore au Musée scientifique et technique d’Oslo.
A Tromso se trouve également le grand Terje Brundtland, qui a rénové la Terrella Univers, a accepté de me la montrer, initiant sans le savoir le processus qui mènerait, plusieurs années plus tard, à la Planeterrella. Une Planeterrella à Tromso ne sera pas seulement une joie immense, mais aussi un honneur. Et un hommage à Terje, à ses collègues, et surtout à Birkeland.

En Grande Bretagne, le Rutherford Appleton Laboratory à côté de Didcot - Oxfordshire et le British Geological Survey à Nothingham, ont signé l’accord de partenariat.

Dans le sud de l’Europe, plusieurs Planeterrellas sont en constructions. En Espagne, à Grenade (José Luis Moreno Garvayo), dans une association scientifique (www.hablandodeciencia.com) et aussi, peut-être, à l’Université de l’Ebre, sous l’impulsion de Juan José Curto. Au Portugal, l’Université d’Evora pourrait prochainement en avoir une (Rui Dias).

Hors de l’Europe, Alger pourrait bien être la première en Afrique à posséder sa Planeterrella, grâce au dynamisme de Mourad Djebli. Aux Etats-Unis, Karen Kelly en prépare une pour le musée des enfants à Atlanta. Au canada, le centre scientifique à Sudbury en souhaite une également (Melissa Radey).

Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (IPAG)